Streams.jpg

Jakob Bro, Streams, ECM/Universal, 2016

 

Hors du temps et spatiale est la musique de cet album du guitariste danois Jakob Bro qui s'inscrit dans la lignée sonore du label de Manfred Eicher. Proche de l'entourage de Paul Motian, avec qui il joua dans l'Electric Bebop Band, il s'oriente, à travers ses projets personnels, vers une esthétique proche de celle de Bill Frisell. Ce disque, Streams, est marqué par son homogénéité sonore très aérienne et contemplative. Les enjeux de cette musique se situent dans les détails. Point de solo virtuose et autres improvisations sauvages, l'humilité est ici le maître mot.

Bien que le projet soit à l'initiative du guitariste, la majorité de l'album est dominée par les ingénieuses lignes mélodiques du contrebassiste Thomas Morgan et l’interaction de ce dernier avec le jeu tout en finesse du batteur Joey Baron. Jakob Bro tient alors le rôle de coloriste sublimant le trio par son jeu discret créant une ambiance et un cadre propice aux discours de l'ensemble. Cependant, ce son nébuleux et singulier au jeu du danois, n'est pas pour autant monotone. Il est en constante évolution – stream –, se métamorphose continuellement, flux où chaque détail et initiative influe sur le tout.

Une diversité bien présente au sein de l'album permet d’entraîner l'auditeur dans ce voyage extra-temporel. Certains titres ne sous-entendent que très rarement la pulsation accentuant ce côté figé, complété par les différents effets du guitariste créant un halo sonore constant. Un titre comme « Shell Pink » apporte une nouvelle perspective au disque par la présence d'une tourne rythmique ternaire, ajoutant une sorte de touche pop à cette musique. Suivit par « Heroines (Variation) », titre mélancolique, dévoilant une nouvelle facette par un jeu en guitare seule dénotant avec sa première occurrence en trio et le son dense et global de l'album.

Véritable clé de voûte du disque, le titre « Full Moon Europa » est la seule piste où la guitare, agrémentée d'une distorsion, se place en amont de l'effectif sonore. Le caractère contemplatif et apaisé se dérobe laissant place à des tensions conférant une atmosphère plus sombre et énigmatique. La guitare au rythme immuable quasi-dramatique va finir par s'effondrer, de cette chute émergera une énergie singulière. Joey Baron adopte alors un son plus percussif marquant ainsi le climax dynamique de ce disque qui semble être construit en arche.

Tout l'art de la musique de Jakob Bro se situe dans le détail, l'évolution progressive des différentes couches sonores et leurs agencements. L'effet de distorsion à la guitare s’immisce, par exemple, dans le sidéral « PM Dream » préfigurant l'énigmatique « Full Moon Europa ». L'équilibre entre absence et présence de pulsation permet à l'auditeur comme aux musiciens de s'élever au-dessus des contraintes temporelles. Ajouté à cela l'incroyable invention mélodique de Thomas Morgan, l’interactivité et la richesse des timbres de Joey Baron, le résultat est un disque bluffant par sa justesse dans ses choix esthétiques.

Jakob Bro : guitare / Thomas Morgan : contrebasse / Joey Baron : batterie


 

 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out