Lois le Van,  So much more (Hevhetia/Musea)

Indiscutablement, la première lecture de ce nouvel opus de Lois Le Van le révèle être une ode à l’imaginaire, portée par une écriture poétique, et intimiste. Permettant non seulement une respiration, il donne une place évidente à la projection mentale d’images flottant entre le rêve et la réalité.

La composition du groupe, avec Bruno Ruder au piano, Chris Jennings à la contrebasse, et Sylvain Rifflet au Tenor sax et la clarinette, porte parfaitement le timbre de voix de Lois Le Van. Celui ci rappelant facilement Chet Baker ou plus récemment dans la musique actuelle Jay-Jay Johanson  sur l’album Whiskey chez BMG. Les 10 titres de l’album sontcomposés par Loïs Le Van etles paroles écrites par Francois Vaiana, excepté « Alifib » parole et musique de Robert Wyatt.

Si nous pouvons parler d’écriture poétique dans cet album, il va sans dire que les musiciens ont tapé juste. En effet, l’efficacité redoutable du couple Jennings/Ruder et la justesse d’interprétation de Sylvain Rifflet permettent à Le Van de naviguer sur un véritable tapis. Les constructions atypiques de certains morceaux notamment dans « The Circular stone » qui est le véritable coup de coeur, développent très justement le coté intemporel de l’album.

Les interventions de Sylvain Rifflet notamment sur  « False Cocoon » ,« the old father and the polaroid » et « Elder Sisters » donnent indiscutablement du relief tout en justesse.

Mention spéciale pour la seule reprise du disque « Alifib » ,tirée d’un des plus fantastiques albums de Robert Wyatt « Rock Bottom » en 1974. Titre remarquablement interprété, piano et chant donnant la part belle au côté sombre de ce morceau et peut être de l’album. Lois le Van propose donc sur cet album une série de compositions qui lui vont comme un gant. L’interprétation des musiciens, est portée par un jeu sincère et habile permettant l’évasion et le lâcher prise. 

Lois Le Van : Chant, Bruno Ruder : piano, Chris Jennings : contrebasse, Sylvain Rifflet : Tenor sax et la clarinette


Plus de chroniques

Comment