Après son aventure américaine – qui se poursuit, et très bien, en concert – le pianiste traverse à nouveau l'Atlantique et nous revient dans la mère patrie, en trio et fidèle à sa forme habituelle : celle d'un jazz au cœur de métier très ''bebop moderne'' mais frangé d'expérimentations personnelles qui font de Paindestre un pianiste toujours loquace et sensible, souvent passionnant dans les détours d'un propos qu'on se surprend soi-même à entendre comme sans concession.

Un œcuménisme intelligent dans la pratique musicale allié à des exigences plus expérimentales qui illustrent à merveille l'esprit de la Fabrica'Son, collectif et label francilien qui donne des envies d'amour et de câlins. Dans Album Paris, Paindestre ne se départit pas d'une écriture qui fait scintiller des mélodies par un échafaudage faussement simple mais toujours évident : ce sont les sept temps du ''Blues For Violaine'', la touffeur harmonique des arpèges de ''Louise-Anne'', la répartition des rôles du trio en général, un instinct très sûr pour les ruptures de rythme et de couleurs magnifiées ici par l'utilisation du Rhodes autant que du piano (''Scottish folk Song''). Une évidence qui sonne aussi grâce à la complicité de ce trio fabricasonné, où se trouve confirmé l'imperturbable talent de Jean-Claude Oleksiak à la contrebasse et d'Antoine Paganotti à la batterie, qui apporte des groove efficients notamment sur les passages plus binaires.

Album Paris retrouve également certaines marottes du pianiste (Radiohead, dans un ''Round Radiohead'' qui adjoint Nicolas Prost au saxophone, reprise des Beatles avec ''Mother Nature's Son'') qui pourraient lasser certains ; quoiqu'on ait plaisir à convenir que Paindestre évite l'empreinte si relou de la copie stérile d'un jazz new-yorkais qui a sans doute vécu, et l'insère dans des démarches tout autant d'une certaine mode que très personnelles. A preuve les improvisations plus out mâtinées d'un groove imparable (l'inverse fonctionne aussi) de la suite ''Gaza-Paris-Jerusalem (For Peace)'', qui illumine un album globalement de haute tenue, comme Sébastien Paindestre nous y a habitués, dans l'espoir qu'elle nous accompagne jusqu'à nos quatre-vingt ans – ça ne saurait tarder.

Pierre Tenne

Sébastien Paindestre Trio, Album Paris, La Fabrica'Son Label, 2016

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out