Gauthier Toux Trio, Unexpected Things (No Mad Music)

Gauthier Toux était encore peu connu jusqu’ici mais c’est en train de changer puisqu’il vient de se distinguer avec son trio au Paris Jazz Festival et à La Défense Jazz Festival dont il a remporté le Concours national. Mais avant de décrocher ces distinctions, le pianiste, originaire de Chartres, s’est formé à Lausanne et à Copenhague puis a fait ses premières armes sur la scène helvète. Entouré de Maxence Sibille à la batterie et Kenneth Dahl Knudsen à la contrebasse, il signe l’album Unexpected Things, un disque prometteur.

Le jazz du Gauthier Toux Trio reflète une vision très moderne : s’inspirant de rythmes hip hop, rock ou encore pop, leur musique est bâtie sur des mélodies assez simples et on y perçoit très clairement des influences du style d’E.S.T ou de Brad Mehldau. À travers ses compositions, le pianiste a choisi d’immortaliser des moments importants de sa carrière et de sa vie. Comme « 39 and All of the Rest », écrit suite aux attentats du 13 novembre à Paris et en mémoire des victimes d’attentats dans le monde (all the rest*).

Définitivement imprégné d’une certaine mélancolie, Unexpected Things évoque des paysages parfois sombres, où surgissent des éclaircies, comme dans le morceau « No More Questions » illuminé par une trompette soyeuse et un solo de guitare inspiré. Si la lenteur exquise de la ballade « Day Dreaming » invite à la langueur, on est souvent emporté par les montées en intensité très savamment construites sur l’ensemble de l’album. Un clair-obscur où l’on ne perd jamais de vue un jeu d’une grande sensibilité et une volonté de raconter nombre de belles histoires. Prêtez-lui donc une oreille attentive !

*tout le reste

Autres chroniques