A ma gauche, Héloïse Gaillard, qui tient les flûtes à bec et le hautbois baroque de l’Ensemble Amarillis, à ma droite, Louis Sclavis, clarinettiste féru d’aventures musicales connu pour sa longue discographie de laquelle on peut extraire une dizaine d’albums chez ECM dont deux L’Imparfait des Langues et Les Violences de Rameau semblent être des esquisses de Inspiration Baroque. Ces deux-là étaient fait pour se rencontrer et s’il leur fallut peu de temps pour convenir de construire un bout de chemin ensemble, c’est que Louis Sclavis ne pouvait que retrouver ses propres interrogations dans la musique baroque qui fut, d’environ 1600 à 1750, un mouvement qui valorisait l’expression des émotions par les combinaisons instrumentales et l’invention de formes alors que, de son côté, Héloïse Gaillard avait pu vérifier que Louis Sclavis malaxait la matière sonore de façon sensorielle et poétique tout en décloisonnant les langages musicaux.

Ces deux-là se lancent dans un défi : créer un son d’ensemble inventif à partir de la mise en résonance des œuvres emblématiques des différents courants musicaux de l’époque baroque avec des morceaux composés ou arrangés par Louis Sclavis ou Matthieu Metzger, saxophoniste embarqué dans l’aventure. Nous sommes donc face à une mise en vibration de la pulsation baroque avec les rythmes et les mouvements hérités du jazz.

En proposant une improvisation collective dirigée (« Récit Nocturne ») et une suite de plus de dix minutes (Guerres et Préciosités), Louis Sclavis fait éclore quelque chose qui sonne actuel sans entrer en confrontation avec les compositions des musiciens du baroque mais en gardant de l’esprit baroque les nombreuses combinaisons instrumentales.

 

De l’Italie, berceau du mouvement qui invente un nouveau langage musical en rupture avec celui de le Renaissance (Dario Castello, Andrea Falconieri) à la France et son style bien spécifique à l’ornementation subtile (Jacques Martin Hotteterre, Jean Barrière, Marin Marais), l’Angleterre (Purcell) et l’Allemagne (Haendel,Telemann), les différentes sensibilités du baroque épousent les lectures actuelles mais respectueuses de Louis Sclavis et de Matthieu Metzger. Et c’est un enchantement dès que la flûte à bec lance les premières notes de « Guerres et Préciosités », qu’elle dialogue avec le clavecin et les coups d’archet des violoncelles. Dans cette composition de Louis Sclavis qui ouvre le disque, on navigue du guilleret des danses baroques à l’humeur sombre des sonorités d’un Alban Berg avant d’être sous tension comme dans une musique de film et de dériver vers les envolées très jazz de la clarinette basse.

L’Ensemble Amarillis ( Héloïse Gaillard aux flûtes à bec et au hautbois baroque ; Violaine Cochard au clavecin et Annabelle Luis au violoncelle baroque) est en totale communion d’esprit avec Louis Sclavis ( clarinettes), Matthieu Metzger ( saxophones soprano et sopranino) et Jean-Philippe Feiss ( violoncelle). Détour impératif.

Philippe Lesage

Ensemble Amarillis et Louis Sclavis, Inspiration Baroque, NoMadMusic, sortie le 8 mars 2016

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out