JASS, Mix of Sun and Clouds, Yolk/L'autre distribution

Et lorsque je reçois un disque d'Alban Darche, sans bien me l'expliquer, j'ai en tête cette image catégorique de cantine d'enfants mal éduqués, attentifs à frapper leurs couverts de leurs poings contre la table, et ils hurlent à l'unisson « Darche ! Darche ! Darche ! » Ce que c'est que la synesthésie. Alors ça.

JASS, ça n'est point l'unique A d'Alban coincé entre John , Samuel et Sébastien, mais un quartet jardinant, paléontologisant, traçant des sillons biologiques dans un champ loin de toute monoculture, jasant à bon escient, ratissant large mais sans démagogie, irriguant d'eaux fraîches et profondes leur mélange de soleils et de nuages. L'album navigue – comme souvent avec ces musiciens, notons – entre différentes humeurs et différents registres, qui défient de leur franchise toute réduction à un genre, une influence, une esthétique. Et même si on le dit souvent, c'est tant mieux quand c'est bien fait.

JASS le fait mieux que ça, par des compositions élégamment troussées et moult kiff, notamment la longue suite éponyme et son dialogue hiératique entre les percussions de John Hollenbeck et les deux soufflants. Notamment la longue bouffée montante de l'angoisse de séparation, dont on se demande toujours ce qu'elle a d'italien (« Ansia da Separazione »), où brillent, là aussi, le groove et le drive de Sébastien Boisseau. Notamment les cahins, les cahas d'une confondante « Wagonnet Song », là aussi, le fourmillement des idées justes et belles. Notamment l'écoute, notamment la singularité des sons des deux soufflants, magnifiée dans un dialogue Blaser-Darche de haut vol sur « Missing Marc Suetterlyn ». Notamment.

Dans ce canevas ouvert, les quatre musiciens se donnent des terrains de jeu qu'on sent sans barrière ni contraintes formelles autres que leurs envies d'unisson, de brusquerie, de souffle calme, ô les arbres, du vert épandu ! Leurs envies de bonne zik, bonne zik, bonne zik ! Ce qui est sacré d'un grand « tant mieux », tant albums après albums, Alban Darche et ses amis dotent leur parole musicale et le catalogue du label nantais Yolk d'une solide et sensible humanité, swinguée, où l'on se plonge sans hésitation.

John Hollenbeck : batterie et percussions / Alban Darche : saxophone ténor / Samuel Blaser : trombone / Sébastien Boisseau : contrebasse / Franpi Barriaux : liner notes


 

 

 

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out