On entre dans ce disque à petits pas coquets, mignonnets, avec l’impression qu’une chanteuse française va s’immiscer entre ces notes douces à la signature presque folk. Elle aurait une voix délicate et fluette, elle sautillerait d’inflexions graves en miaulements aïgus entre les cordes pincées du violon de Theo Ceccaldi. Pas de chanteuse mais un début qui marque et que l’on remet à zéro de peur d’en finir trop rapidement avec le morceau. Il s’appelle « A Pair of Lost Kites Hurrying Towards Heaven » et il marque d’entrée de jeu par la poésie qu’il exhale. À cet instant là, l’album est un chef-d’œuvre. Et cette impression divine se nourrit des autres titres. Il y a du blues dans le saxophone de l’allemand Daniel Erdmann et une vraie recherche sur les harmonies dans ce trio aux alliances bien particulières : un saxophoniste, un violoniste et un vibraphoniste.

La combinaison des timbres donne du relief au tableau, une texture où se mélangent les sons mates du premier, les résonances cristallines du second et les aigus du dernier. Chacun comble les absences par la démultiplication des rôles, tel le violon percussif de Theo Ceccaldi ou l’identité de batteur qui ressort du Jim Hart vibraphoniste. L’ensemble est terriblement mélodique, porté par la voix profonde du ténor qui se fait le vecteur d’un propos qui touche aux tripes. Plus fort encore : l’impression ne s’étiole ni avec les écoutes ni avec le temps. Est-ce une histoire de sincérité ? Le terme est galvaudé - les musiciens ont tendance à le rabâcher - quand il fait référence à la posture des musiciens. Mais ici il nous démange de recourir à ce lieu commun. Entendons par là que les compositions du saxophoniste allemand transpirent d’émotion, qu’elles dégagent un sens du lyrisme auquel on ne résiste pas. Et l’effeuillage n’y change rien, chacune des couches nourrit. C’est une « révolution de velours », de douceur, de sensibilité ; une association de bienfaiteurs qui pique la curiosité. Les tchèques avaient renversé une dictature par une série de manifestations, Daniel Erdmann, lui aussi, pourrait rallier à sa cause toute une large population. Encore faudrait-il qu’ils y aient accès… 


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out