Il semble convenu, à propos de la musique de Jean-Marc Foussat et de ses nombreux acolytes, de les qualifier de fous. Et pas seulement pour les jeux de mots que le patronyme incite à broder. Mais aussi justes soient ces façons de dire, elles posent un problème à écouter les musiques que joue et produit l'ingénieur du son et musicien avec passion, obstination et osons le mot, courage. Où est-ce qu'on fout ça, en gros ?

Ça n'a rien de bien fou à y réfléchir cinq secs, d'autant que Foussat fait vivre des musiques dont l'influence sur les cinquante dernières années est trop souvent minorée par une médiatisation qui a du mal avec ce qui ne fait pas le consensus facile ; des musiques aux côtés desquelles même le free jazz le plus barré pourrait passer pour de l'easy listening pur sucre. A savoir la musique concrète, spectrale, bruitiste (et encore), le drone, et le tout effectivement mélangé avec du free – ingrédient le plus confiture, donc, de cette mixture – qu'assume ici surtout le saxophone de Jean-Luc Petit par touches fragmentées et isométriques.

Dans ce genre, s'il en est vraiment un, les deux musiciens produisent avec ce ...D'où vient la lumière ! un album plus que réussi où les diverses influences, qui sont celles des parcours respectifs et foisonnants de ces musiquants confirmés, s'arrangent dans une cohérence quasi scientifique, ménageant des espaces de pertes de repères au potentiel vibratoire fort dégourni – le sax de Jean-Luc Petit, puisqu'on n'ose pas parler de solo, sur « Un animal qui me plaît ». L'ensemble de l'album propose quatre suites plus ou moins longuissimes qui font la part belle aux nappes sonores électroniques de Foussat, qui les organise souvent autour de bourdons (drone, en anglais, cqfd) sur lesquelles se déploient en liberté les interventions irréductibles à un genre, un style ou une catégorie du très polyvalent Jean-Luc Petit – qui apporte toutefois une plus indéniable coloration jazzistique et « musiques improvisées » à l'ensemble, ce qui n'est pas le moindre de ses attraits.

Bien sûr à déconseiller aux amateurs de mélodies et de clarté harmonique, … D'où vient la lumière ! est pour les autres un très beau témoignage du talent si singulier dans son hermétisme de Jean-Michel Foussat et de son compagnon du moment pour faire vivre des musiques qui ont bien plus à dire que le traitement muséal ou trop confiné qu'on leur dispense systématiquement. Pas fou, non. Dans l'ombre, lumineux.

Pierre Tenne

Jean-Marc Foussat, Jean-Luc Petit, … D'où vient la lumière !, FouRecords, 2016

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out