Nos Futurs - De l'infinito, universo e mondi

Comment

Nos Futurs - De l'infinito, universo e mondi

Pas loin d’une heure trente de musique en un coffret de 3 CD : on se dit qu’il va falloir s’armer de patience bien que l’on sache que les œuvres proposées par le clarinettiste Christophe Rocher, le fondateur de l’Ensemble Nautilis, ne soient jamais anodines.

Comment

Got to Bear - This feeling of blue

Comment

Got to Bear - This feeling of blue

Voici un groupe qui tire son nom d’une phrase coupée en deux. Caroline Faber a écrit un texte sur un thème composé par Richard Bonnet, « Psychotic », 7e titre de l’album, et l’une des phrases, « Got to bear this feeling of blue », leur a semblé si bien illustrer le travail réalisé depuis une douzaine d’années ensemble, leur goût commun pour les reprises de blues, ainsi que l’ambiance de cet opus.

Comment

Machado / Ithursarry - Lua

Comment

Machado / Ithursarry - Lua

Jean-Marie Machado et Didier Ithursarry jouent le clair-obscur en duo, dans des alternances soleil/lune.Cet album est un réel travail sur la lumière, de la même façon que le dernier album de Jean-Marie Machado Impulse Songs avait été un travail sur l'impulsion rythmique.

Comment

Giovanni Mirabassi - Live in Germany

Comment

Giovanni Mirabassi - Live in Germany

Giovanni Mirabassi, Live in Germany (Camjazz)

Erroll Garner nous faisait déjà le coup du jeu du chat et de la souris lorsqu’il tournait autour des mélodies lors de ses longues introductions : main droite, main gauche, décalages, accentuations, décélérations. Lesoreilles dressées comme celles d’un chat face à sa proie toujours insaisissable, l’auditeur ne manquait pas de se demander : « Il va où ? C’est quoi le thème ?, ah oui, ça y est, j’ai enfin capté lestrois notes qui esquissent la mélodie ! ».

Moins ludique et théâtral que le génialpianiste américain et plus porté vers l’émotion lyrique et la mélodie romantique, Giovanni Mirabassi, autant présent sur les scènes françaises (il s’est vu décerner un Django d’Or, entre autres, il y a quelques années) que celles de son Italie natale, ne sombre nullement, lors de cette prestation en piano solo, dans une musique aseptisée de piano –bar. D’autant que dans cet enregistrement réalisé en Allemagne, il bénéficie d’un Steinway Grand Concert de 1923 (comme toujours dans les réalisations du label Cam- Jazz, le son est magnifiquement capturé).

Si le thème « I’ve Grown Accustomed To Her Face » clôt le disque, c’est que l’albuma été conçu autour d’un répertoire défendu par trois grandes chanteuses de l’histoire : Edith Piaf, Mercedes Sosa et Ella Fitzgerald. Giovanni Mirabassi a choisi de revisiter les chansons qu’il aimait le plus en livrant sa propre vérité. Il ose même se lancer dans des improvisations sous forme de portrait musical de chacune d’elle (rien d’étonnant à ce que « Edith » soit la plus tourmentée bien que l’on sache que la vie des deux autre grandes interprètes ne fut pas non plus un long fleuve tranquille).

Quel enseignement tirer de cet enregistrement? La satisfaction de voir que le répertoire de la chanson française signé par Michel Emer (« J’M’en fous Pas Mal »), Jean Dréjac/Hubert Giraud (« Sous le Ciel De Paris ») et Edith Piaf/ Marguerite Monnot (« L’Hymne A l’Amour ») n’a rien à envier au « Great American Songbook » défendu par les frères Gershwin ( « The Man I Love »), Al Johnson ( « My Old Flame »), Alan-Jay Lerner/F Loewe (« I’ve Grown Accustomed To Her Face »), ou Laurenz Hart/Richard Rodgers (« Bewitched »). Les musiques d’Amérique Latine (« Cancion Con Todos », « Duerme Mi Tripon », « Solo Le Pido A Dios ») sont bien belles également. Mais j’en conviens : sans doute faut- il être d’une certaine génération pour siffloter sur ces mélodies impérissables d’un autre temps.


Autres articles

 

Comment

Colin Vallon - Danse

Comment

Colin Vallon - Danse

Quel impressionniste que ce Colin Vallon ! Le pianiste sort un album en trio sur le label allemand ECM. Explorant le nuancier infini de son piano, il compose pour cet album une palette de couleurs harmoniques qu’il juxtapose avec une sensibilité toute personnelle, pour évoquer un paysage intime et poétique.

Comment

Laurent Coulondre - Gravity Zero

Comment

Laurent Coulondre - Gravity Zero

L’heure de la confirmation a sonné pour Laurent Coulondre, après trois albums avec son trio et une participation sur une dizaine d’albums, le jeune pianiste revient cette année pour un projet d’une autre planète.

Comment

Theo Bleckmann - Elegy

Comment

Theo Bleckmann - Elegy

Pour son premier disque chez le label allemand ECM, Theo Bleckmann propose un album surprenant par sa sensibilité. Alliant légèreté et intensité, ce disque Elegy illustre les nombreuses facettes de l'élégie – genre poétique évoquant la mort et la souffrance amoureuse – tantôt nostalgique, tantôt exalté sans jamais tomber dans le cliché ou la facilité. Le résultat est bluffant de sincérité.

Comment

Renaud Garcia-Fons - La vie devant soi

Comment

Renaud Garcia-Fons - La vie devant soi

Comme une profession de foi, le dernier album du contrebassiste Renaud Garcia – Fons se glisse sousl’ombrelle humaniste de La Vie devant soi, le livrede Romain Gary/ Emile Ajar ; les lecteurs se souviennent des relations drolatiques et émouvantes  entre un petit orphelin arabe et une mamma juive.

Comment

Keith Jarrett - A Mutitude Of Angels 

Comment

Keith Jarrett - A Mutitude Of Angels 

Un rapide sondage auprès des jazzophiles à qui on pose la question, Keith Jarrett est-il un musicien que vous aimez ?,  Engendre 50 % de oui avec des fans inconditionnels et 50 % de non qui n'adhèrent pas  Le dernier album de Keith JarrettMultitude Of Angels , est un bon moyen de comprendre le monde du pianiste. 

Comment

Paul Lay, Alcazar Memories + The Party

Comment

Paul Lay, Alcazar Memories + The Party

Paul Lay, voilà un nom qu’il va falloir retenir, puisqu’il est en train de se faire une place dans la liste des musiciens de jazz français incontournables. Récemment lauréat du prix Django Reinhardt, le jeune pianiste et compositeur est de retour, en sortant son troisième et quatrième album en même temps, et après tout, pourquoi pas ?

Comment

Papanosh - A Chicken in a Bottle

Comment

Papanosh - A Chicken in a Bottle

Dès la première phrase du titre éponyme, « A Chicken in a Bottle », le groupe Papanosh interpelle. Est-ce du be-bop avec cette frontline saxophone/trompette ? Ça devient de suite trop sinueux, on se rapproche alors plus d'Onette Coleman et du courant Free. Et lorsque la rythmique rentre, l'ostinato possède un certain côté hard-bop.

Comment

Adrien Chicot - Playing in the Dark

Comment

Adrien Chicot - Playing in the Dark

Trois ans après la sortie remarquée de son premier album« All in », Adrien Chicot présente « Playing in the dark ». Ce pianiste, faisant partie des leaders français de sa génération, poursuit une collaboration existante qui révélait un trio détonnant dans l'album précédent.

Comment

Madness Tenors - Be Jazz For Jazz 

Comment

Madness Tenors - Be Jazz For Jazz 

Il n’y a pas que les rappeurs pour se lancer dans des « battles » ; il y eut aussi les confrontations mémorables de ténors dans les années 1950/60 ; s’y opposait la sonorité dense et la volubilité de l’un au bouillonnement torrentiel de l’autre. Le projet Madness Tenors s’inscrit, en toute confraternité, dans cet héritage. Par l’identité choisie comme par l’expressivité déployée.

Comment

Chris Thile & Brad Mehldau

Comment

Chris Thile & Brad Mehldau

Depuis longtemps admirateurs de leur travail respectif, les deux musiciens ont décidé de lancer une collaboration au fil de l’année 2011. Cette dernière s’est transformée en une tournée mondiale permettant au duo de partager leurs univers sur différents types de scènes, tout en peaufinant leur projet commun. Ce qui résulte de cinq années d'échange ? Un album paru sur le label Nonesuch records ! 

Comment

John Abercrombie Quartet - Up and Coming

Comment

John Abercrombie Quartet - Up and Coming

C’est comme une pulsion incontrôlée : la parution d’Up and Coming donne l’envie de revenir aux albumstant aimés et un peu délaissés avec le temps de Gateway (1975,  avec Dave Holland et Jack DeJohnette) et Timeless (même année ; avec Jan Hammer et encore Jack DeJohnette) – déjà parus chez ECM.

Comment

Raphaël Chevalier Duflot - Alleycat

Comment

Raphaël Chevalier Duflot - Alleycat

Un quintet (plus un) de jeunes musiciens français autoproduit un projet de bebop comme à la meilleure époque, et prouve que le genre n'a pas pris une ride. Au programme : compositions originales, reprises de Monk, Shorter et Kenny Drew, et surtout des soli up tempo avec des grilles de l'enfer. Oui oui : un coup de coeur!

Comment

Lee Konitz – Frescalalto

1 Comment

Lee Konitz – Frescalalto

Lee Konitz. Un nom omniprésent dans le jazz d'hier et d'aujourd'hui, une force de la nature qui continue à tourner et à sortir des albums à presque 90 ans. Une des figures maîtresses du courant west coast ayant côtoyé un nombre incalculable de légendes.

Au vu de ce CV long comme le bras, il est difficile d'émettre une quelconque critique envers ce nouvel album. C'est donc exactement ce que nous allons faire !

1 Comment