Les beats aériens du Vels Trio

Actualités - par Renaud Alouche - 28 juin 2017

Trois jeunes, bien de leur temps, s'aventurent naturellement et à leur façon sur les traces de Badbadnotgood, Robert Glasper ou Yussef Kamaal.

Comme Binker & Moses, Shabaka Hutchings, Yussef Kamal, Sarathy Korwar, Emma-Jean Thackray ou Nubya Garcia, le trio est basé à Londres. Mais il s'est monté à Brighton, pendant les années de fac, sur des débuts plutôt tournés vers le rock progressif. Avant de se fixer enfin sur son univers musical, fort de ses tâtonnements et de ses inspirations variées, avec pour objectif assumé de tourner dans le pays puis à travers l’Europe. « On a commencé comme groupe de rock progressif, je jouais de la guitare à l’époque, et essayais de chanter (rires), on était dans un état d’esprit diffèrent. Puis je me suis mis aux claviers et ça a mis plus ou moins un an pour devenir le Vels Trio, c’est juste arrivé par accident en quelque sorte, on s’est pas posé la question ».


Le résultat est un ensemble d’apports individuels. Celui de Cameron, venant tout droit de Canterbury, ville historique du genre où ont évolué des groupes comme Soft Machine, Hatfield and the North, Caravan voire même une partie de Gong. Ou de Dougal, chez qui le travail sur les influences est un plus spirituel. Créant depuis quelques années un sanctuaire musical en terme de batteurs, sa volonté est « d’écouter une grande variété de musique, venant d’endroits bien différents, avec des rythmes différents, des émotions différentes … ». Jack, qui ne joue du piano sérieusement que depuis 4 ans, puise ses inspirations chez des grands noms de l’instrument : Bill Evans, Herbie Hancock ou encore Brad Mehldau. Avant ce qu’il appelle sa « crise musicale », en 2013, les grands guitaristes anglais avaient la faveur de ses goûts et le guidaient dans son approche de l’instrument.


Après avoir écumé les scènes de la petite ville de Brighton, la découverte de la scène jazz en pleine ébullition de la capitale apporte au Vels Trio un monde d’opportunités. Ayant l’occasion de partager l’affiche avec des références comme Cory Henry, Moses Boyd, The Comet is Coming et autres prodiges de cet acabit, leur intégration dans la grande famille du jazz londonien se déroule à merveille, leur offrant la possibilité de peaufiner leurs compositions. Yellow Ochre, leur premier EP, arrive donc après deux années de tournée.  Produits par Dan Leavers, aka Danalog the Creator, derrière les claviers dans The Comet is Coming, le trio a rencontré Shabaka Hutchings, qui est invité sur « 40 points », une composition initialement écrite pour saxophone, qui avait donné au trio la liberté d’inviter régulièrement des saxophonistes sur scène pour le jouer à leur sauce, notamment sur son final très puissant. : « L’énergie de fin nous amène à un niveau supérieur musicalement, et Shabaka à réussit à merveille à nous faire vivre ça sur la version studio ».

A la rencontre de grooves profonds, d'arrangements progressifs et beats de hip-hop, Yellow Ochre représente le son d’un trio de jazz pas comme les autres, même si la facilité nous ferait les comparer à des formations comme BadBadNotGood ou, de plus loin, à leurs homologues anglais Gogo Penguin. « On nous compare tout le temps à BBNG, et même si on est tous très fan de ce qu’ils font, ce n’est pas vers ça que l’on tend ». Bien qu’étant très inspirés par le son des canadiens, le trio anglais peut se vanter d’avoir trouvé une identité faite de son propre son.


On trouve sur le reste de l’EP cette même énergie communicative, de fusion, au sein de ce trio très homogène, à la rythmique aérienne et millimétrée, dont la musique est nourrie par des années de live. Depuis un an qu’on les suit avec seulement quelques vidéos Youtube pour se nourrir, Jack, Dougal et Cameron, rassurent notre soif. Ils auraient déjà la tête à de nouvelles compositions, plus en phase avec ce vers quoi le trio a aujourd’hui évolué : « ça fait bientôt un an qu’on a enregistré l’EP, donc on a déjà eu le temps de voir notre univers varier depuis ». Peu pressés de griller les étapes, ils disent cependant « laisser venir les choses et voir ce que ça leur apportera ».


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out