Snarky Puppy à la Cigale – 8 novembre 2015

Un concert de Snarky Puppy, c’est la promesse de passer un très bon moment. Le 8 novembre dernier, ils n’ont pas failli à leur réputation en se produisant à la Cigale. Ambiance survoltée et atmosphère moite pour ce concert où le thermomètre a allègrement dépassé les températures printanières de la soirée.

La chanteuse canadienne Michelle Willis, signée sur le label GroundUP, a donné un aperçu de son premier album pour ouvrir le concert. Egalement aux claviers, elle a une jolie voix et une sensibilité qui servent un répertoire teinté de soul, folk et jazz. Elle était accompagnée par quelques membres du groupe Snarky Puppy : Bob Lanzetti à la guitare et Mike Maher et Michael League aux chœurs et à la basse pour ce dernier.

C’est un public surexcité qui a ensuite accueilli le collectif mi-texan mi-new-yorkais. Le groupe a interprété un panel assez étendu de ses morceaux en remontant jusqu’à leurs premiers albums. Leur leader et bassiste, Michael League, a expliqué qu’ils ont choisi certains de leurs morceaux assez anciens pour cette tournée qui pourrait être intitulée  « Do the hell what you wanna do Tour ». Traduction succincte : ils se lâchent. Et on aime quand ils se lâchent et nous surprennent sur les morceaux des premières heures et sur les plus récents, revus avec de nouveaux arrangements. Comme « Celebrity », revisité à la sauce Nouvelle-Orléans... Un moment assez jubilatoire, qui a de quoi nous mettre en jambe après le très dansant « Whitecap » en ouverture ! Des surprises toujours comme avec « Binky », joué sur le tempo très rapide d’origine pendant l’intro, puis nettement ralenti.

Le groupe nous a aussi gratifiés d’un de leurs nouveaux morceaux qui aurait des accointances avec la Suède… Et une ligne de basse démente mais on ne vous en dit pas plus. Changement notable à la batterie avec Jason (JT) Thomas qu’on a moins l’habitude de voir mais qui assure un travail remarquable. Coup de cœur pour son duo percussions-batterie avec Nate Werth sur « Tio Macaco ». Chaleur ! Car la chaleur était bien présente aussi en salle avec un public dont l’enthousiasme empêchait même parfois le leader du groupe de parler. Il faut tout de même noter qu’on a rarement un public aussi chaleureux dans les salles parisiennes. Chantant sans fatigue sur le final « Shofukan » (devenu un véritable hymne), criant, sifflant, dansant. Ou encore battant des mains sur le rythme – un peu trop par moments parce que les claps sur les solos de percussions, on dit non !

https://youtu.be/kk0WRHV_vt8

Au final, on ne s’ennuie jamais à un concert de Snarky Puppy, même sur les morceaux qu’on avait moins aimé à l'écoute du disque. On apprécie toujours autant la créativité et la virtuosité des musiciens, notamment sur les solos. Chaque musicien profite de l'entente collective pour magnifier les voix individuelles des autres membres du groupe, et ainsi créer un style cohérent qui constitue l'identité de Snarky Puppy. Et puis, on partage de vrais moments d’éclate avec les autres spectateurs mais aussi avec les musiciens, qui paraissent prendre autant de plaisir sur scène que nous en salle. Côté nouveautés, l’enregistrement de leur prochain album est prévu pour le mois prochain et sa sortie en mai 2016. En attendant, « Family Dinner, II » sortira fin janvier 2016. Des rendez-vous que le public parisien ne manquera sûrement pas - l’un de leurs meilleurs publics dixit Michael League. Really ?

Fara Rakotoarisoa

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out