Si, ces jours-ci, le hasard vous conduit à vous aventurer du côté de Boulogne, un conseil : attardez-vous quelques instants au centre culturel du Carré Belle-Feuille. Etalée sur tout un étage, la mini-exposition « Le jazz fait son cinéma » retrace actuellement et jusqu'au 16 avril l'histoire d'un genre qui peina longtemps à trouver sa place dans le 7ème art. Bien qu'il nous soit désormais facile, et pour ainsi dire normal, d'associer ces deux arts dans notre imaginaire – rappelons que tous deux ont été créés à la même époque –, le parcours qu'ils ont suivi n'a pourtant pas suivi le cheminement auquel on pouvait s'attendre. Alors qu'au début du XXème siècle, les règles de la ségrégation interdisent de faire se côtoyer à l'écran des artistes blancs et noirs, il faut attendre les années 40 pour que la place accordée à la population afro-américaine dans les films soit significative (Cabin Sky, réalisé par Vincente Minnelli en 1943, avec Louis Armstrong et Duke Ellington, et l'année d'après, Stormy Weather, de Andrew L. Stone, où Cab Calloway et 'Fats' Waller interprètent leur propre rôle).

À la fin des années 50, certains réalisateurs comprennent qu'il est possible de sublimer le 7ème art en confiant l'écriture de leur B.O. à de grands jazzmen. C'est ainsi qu'en 1957, le jazz se met au noir sous la plume du musicien Miles Davis qui, improvisant devant les images du film Ascenseur pour l'échafaud (de Louis Malle), grave dans le marbre l'une des plus mythiques bandes originales de l'histoire du cinéma. Par la suite, nombreux sont les réalisateurs qui, dans les pas de Malle, se sont prêtés au jeu : Otto Preminger, Michelangelo Antonioni, Martin Ritt, Bertrand Blier, Edouard Molinaro, Roger Vadim, Jean-Pierre Melville, Jean-Luc Godard...

Chaque facette de l'histoire du jazz et du cinéma est mise à nue dans cette exposition. On y découvre par exemple d'où provient cet imaginaire visuel du jazz si fascinant – du cool, des chapeaux et des volutes de fumées –, et d'où sont tirés certains illustres standards comme Autumn Leaves par exemple...

 Alexandre Lemaire 

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out