Electric Vocuhila - Tsapiky et Transe électrique

Actualités - par Xavier Leblanc - 6 juillet 2017

Après Marquises en 2015, le quartet persiste et signe un nouvel opus résolument tourné vers l’Afrique, avec Kombino Splinto. Un son plus brut, plus rock, des riffs entêtants, une batterie implacable, cet album affirme avec aplomb l’identité du groupe tourangeau.

Du free à l’afro
D’un duo sax/batterie très « free » en passant par un trio avec contrebasse, la formule du quartet adoptée ici est définitivement celle qui semble permettre à la formation d’exprimer pleinement son potentiel. « Petit à petit nous avions trouvé une limite physique dans le duo, nous confie Maxime Bobo, saxophoniste et compositeur du groupe, j’avais envie de creuser des morceaux plus longs, et des arrangements qui tiennent un peu du Ornette (Coleman) & Prime Time ».

Formé en 2012, Vocuhila (duo Maxime Bobo et Etienne Zenmiak, puis trio avec le contrebassiste Jean-Jacques Goichon) continue de suivre son chemin librement après avoir donné naissance à la formule « Electric » (sax/clavier, basse, batterie, guitare). Dès son premier enregistrement, le groupe fait penser au légendaire duo Ed Blackwell-Don Cherry. Kombino Splinto, le nouvel album, explore les tourneries africaines et la trajectoire de ces musiciens nous rappelle que le free jazz lui-même puise ses sources dans la musique afro-américaine, dans une volonté de retrouver son énergie originelle.

Le sens du collectif
Ce voyage vers de nouveaux territoires musicaux est jalonné de rencontres. Le groupe constitue avec d’autres le collectif Capsul, dans le but « d’aider, soutenir, promouvoir et diffuser une culture libre, exigeante et engagée à Tours ». L’objectif initial est d’organiser des concerts, de se faire connaître, puis rapidement le collectif se structure, lance un festival, une résidence d’artiste, et enfin un label qui produit ce dernier album (Capsul Records). Et le collectif n’est pas un vain mot pour Electric Vocuhila : « ce qui reste du free (outre le sax qui joue parfois « lead »), c’est l’approche d’improvisation collective ; chacun amène ses parties, un riff de guitare peut devenir un thème par exemple, tout le monde peut phraser assez librement ».

De cette philosophie est né un album survitaminé, alternant boucles sans fin, jusqu’à l’ivresse ; les berceuses et diverses inventions musicales qui communiquent une furieuse envie de danser. L’imbrication des motifs rythmiques du groupe est jubilatoire. Chaque musicien trouvant naturellement sa place dans cette construction, jouant lentement à en élargir les contours et l’harmonie, à la recherche d’un équilibre en perpétuelle évolution. Dans ces transes africaines, on retrouve le lâcher prise propre au free jazz, dans sa volonté de briser les cadres, qui s’accommode d’une précision rythmique à l'efficacité redoutable.  Maxime avoue avoir toujours eu un « goût pour les riffs ». « Même en jazz », ajoute-t il, « je me retrouvais a faire des motifs répétitifs, comme des nœuds qui viennent resserrer la musique et créer des tensions, avant de repartir sur des phrasés plus jazz, plus libres. »

Du live en studio
De cette recette qui fait la part belle a l’improvisation, comment capter lors d’un enregistrement l’énergie créatrice ? Kombino Splinto a été enregistré chez Matthieu Metzger (Studio des résistants à Poitier), où le groupe a tenté de conserver le son des concerts en studio : « Un soir Matthieu a fait venir du monde, il y avait du coup un public qui écoutait, on était vraiment proche de l’ambiance concert. » Ce son plein et saturé du live a notamment pu être recréé en studio par la ré-amplification des pistes enregistrées d’abord à faible volume sonore : « Nous avons repiqué dans des amplis pour retrouver le grain du son en concert. Nous voulions notamment que la basse frise un peu, et pour que le mix soit plus homogène, nous avons repassé la basse dans le même ampli que la guitare. Pour le sax également nous avons ré-amplifié pour que ça timbre et sature un peu comme une guitare, afin d’être homogène dans le mix et ne pas sonner trop acoustique, trop précis ».

Le son du groupe, très typé, est facilement identifiable et assure une cohésion entre des morceaux aux rythmiques variées. Trop souvent identifié comme « ethio-jazz 70’s », leur musique puise son inspiration dans des courants que Maxime qualifie de « très contemporains, même s’il ne s’agit pas de musiques très connues ici ». Ce dernier évoque le Congo, le Zimbabwé, et de la musique Sungura comme influence de leur jeu basse-guitare-batterie : « une musique assez récente, née il y a 10-15 ans. »

Tsapiky Folie
Kombino Splito est marqué par une rencontre, celle de Damily, guitariste et figure de proue du Tsapiky malgache. « Ayant grandi et vécu au Sud-Ouest de Madagascar, il a baigné dans la musique diffusée par la radio d’Afrique du sud, du Zinbabwé, de la musique dérivée de musique Congolaise, qui a influencé tout le continent ». Aussi, le tsapiky irrigue de son tempo binaire et nerveux « Kombinowacy », le tout premier titre de l’album. Avec une orchestration contemporaine batterie-basse-guitare-chant et un son moderne, le tsapiky a progressivement remplacé à Madagascar le salegy traditionnel. « Damily nous a expliqué son fonctionnement. Les musiciens sont appelés par des producteurs qui leur fournissent les instruments pour qu’ils jouent pendant des mariages, enterrements, des cérémonies de village pendant lesquelles ils peuvent jouer deux ou trois jours d’affilée, toute la nuit parfois… ». Et l'intérêt du groupe s'est déporté jusque dans la sonorisation de cette tradition musicale malgache :  « Ils ont des systèmes de son avec des pavillons, que nous utilisons maintenant nous aussi, et qu’ils disposent à 5-6 mètres de hauteur pour que tout le village profite du son…le groupe est encerclé par un premier rang de gamins qui dansent, puis les adultes autour ».

Cette curiosité insatiable pour la musique du continent africain et ses dernières évolutions, et la capacité d’Electric Vocuhila à les intégrer à sa propre identité, nous laisse présager que l’aventure ne fait que commencer, et nous en attendrons la publication de chaque épisode avec impatience !


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out