Les grooves modaux de Nubya Garcia

Actualités - par Willy Kokolo - 4 juillet 2017


Ce que Nubya Garcia aime avant tout, c'est le jazz modal, mais la saxophoniste cultive également une affection singulière pour le hip hop. De là à dire qu'elle est une enfant terrible du groove ?  Sans aucun doute. Retrouvez là à La Petite Halle (Paris) le 15 juillet.


Nubya's 5ive est le premier projet de la londonienne comme leader, et comme son nom l'indique il s'agit d'un EP avec 5 morceaux originaux. « Lost Kingdoms » ouvre l'album avec un jazz modal planant agrémenté de breaks ethiojazz. « Quand je joue ce morceau en live, c'est difficile, mais de la meilleure des manières. Ce morceau est le liant de l'album. ». Ainsi les bases sont posées pour dérouler la suite du projet. Arrive « Fly Free », un titre fortement marqué par les rythmiques afro-cubaines qui pose instantanément la question des influences caribéennes de Nubya. Mais ne voulant pas prendre pour acquis ce qui pourrait passer pour une évidence, nous avons préféré lui demander son avis. Sans hésiter, la jeune artiste reconnaît l'importance de la musique que ses parents passaient, ainsi que l'atmosphère des carnavals pendant sa jeunesse, tout en admettant que ceci n'est pas son influence principale, elle qui a grandi à Londres.

Quand le jazz s'encanaille

Quand nous lui demandons « Et le hip hop, alors ? », un tantinet provocateurs, nous devinons un sourire à l'autre bout du fil: « Oui ? ». C'est que la londonienne s'est faite une réputation : comme la nouvelle génération de musiciens jazz à laquelle elle appartient, le hip hop fait partie de son référentiel. D'où le troisième morceau de son album, « Hold », un bon 4/4 carré avec beats sur les temps. Sa manière de voir les choses ? Elle est une jazzwoman qui est tombée dans le hip hop, une trajectoire qu'elle trouve singulière: « Je suis venu au hip hop très tard, mais c'est une énorme influence dans ma musique. ». Et on peut lui donner raison : on est plus souvent témoin de rappeurs zélés qui s'embourgeoisent en recherche d'instrumentales jazz. D'aucuns diraient que Nubya s'est encanaillée. C'est via les amis que la magie a opéré, elle a découvert J Dilla pendant ses études. Mais plus que le hip hop, c'est un métissage au sens large qu'elle expérimente pendant ces années, en écoutant de la musique ouest africaine, latine et cubaine. A travers ce métissage, Nubya voit une ouverture d'esprit grandissante, non seulement chez les artistes, mais également dans le public: « la musique dépasse de loin les stéréotypes ».

Au cœur des émotions

 Il y a, selon elle, deux définitions du jazz. On peut le voir comme tout type de musique improvisée, ou bien en référence aux périodes classiques du jazz, notamment le be-bop. La deuxième acception du terme a tendance à faire peur aux gens, et Nubya, ne s'y reconnaît pas. Elle se définirait donc plus volontiers comme une « artiste influencée par le jazz ». Ce qui ne l'empêche pas d'enregistrer «Contemplation » et « Red Sun », 4ème et 5ème titres de l'album, très jazz classique justement, et tout en émotions : « Chacun de nous veut ressentir quelque chose quand il écoute de la musique ». Mais comment transmet-on des émotions ? Comment véhicule-t-on un message dans le jazz?

Charles Lloyd figure au panthéon des saxophonistes préférés de Nubya, notamment pour ses qualités de storyteller (=conteur, en français). C'est donc tout naturellement que nous avons cherché à éclaircir ce mystère. L'art vocal, qu'il soit chanté ou parlé, résout rapidement ce problème, avec le recours à des paroles chargées de sens. La musique instrumentale, elle, emprunte d'autres canaux : « L'honnêteté et l'expressivité mises dans chaque morceau, solo et mélodie. Ils sont des vecteurs majeurs dans la transmission des sentiments ». Mais les qualités narratrices de Charles Lloyd, auxquelles Nubya fait référence, ne nécessitent ni imagination ni interprétation de notre part : tout en simplicité, c'est sur « Tagi » de l'album Mirror que Charles Lloyd raconterait une parabole sur fond de musique zen : il parle, littéralement. C'est aussi ça, faire passer des émotions.

La liberté du chef

En observant Nubya, on ne peut s'empêcher de s'interroger sur la relation femme-jazz. Certes, il ne faut pas tomber dans l'écueil de penser chaque artiste à travers la somme de ses identités, genrée, raciale, etc, mais force est de constater que les leads féminins dans le jazz ne sont pas légions. Avant la saxophoniste avait dirigé d'autres formations. Quelles sont les responsabilités qui lui incombent ? Très peu, assure-t-elle. Plus encore, c'est la liberté que confère le statut de leader qui lui plaît. Liberté d'écriture d'abord, car toute la musique de son album est le fruit de sa plume. Et puis la liberté de choisir les musiciens avec lesquels elle souhaite travailler, d'où des choix artistiques marqués, comme d'avoir fait appel à deux batteurs par exemple. Moses Boyd et Femi Koloeso se partagent donc les baguettes et opèrent un quatre mains rythmiques qui, selon Nubya, s'est fait naturellement tant les deux compères se connaissent et se respectent mutuellement. « La batterie est primordiale pour moi, c'est ce à quoi je succombe », nous confie-t-elle.

Pour la suite, la londonienne a dans l'idée de donner une nouvelle envergure à ses compositions avec des effets électroniques. Ce sera son projet pour célébrer la récompense reçue dans le cadre des Steve Reid Innovation Awards.  On avait déjà pu entrevoir l'appétence de la saxophoniste pour les versions alternatives de sa musique avec « Hold – alternate take » qui, abandonnant le beat hip hop, tutoyait les rythmiques socca et caribéennes sur le sixième et dernier titre de l'album. Tel est son message pour les jeunes musiciens: « Créez et ne soyez pas effrayés par les retours négatifs. Tout le monde ne peut pas vous aimer ».


Nubya Garcia (saxophone), Joe Armon-Jones (Piano), Moses Boyd (batterie), Daniel Casimir (basse), Femi Koloeso (batterie), Sheila Maurice-Grey (trompette) and Theon Cross (Tuba)


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out