James Brandon Lewis trio

James Brandon Lewis trio

Le festival Sons d’hiver a commencé il y a déjà huit jours. Ses nombreux concerts disséminés dans le 9-4 orchestrent notre agenda depuis. Dire que le meilleur reste à venir serait prendre un parti que nous n’assumerions pas mais on peut au moins vous confirmer que ce week-end réserve du lourd. 

Vendredi.

Un concert en hommage à John Coltrane, dont on célèbre les 50 ans d’anniversaire de sa disparition en 2017. C’est Roscoe Mitchell qui s’y colle, en sextet. Le saxophoniste, cofondateur de l’AACM (the Association for the Advancement of Creative Musicians) de Chicago avait notamment joué avec lui en 1966, à ses débuts alors que le grand JC était déjà sur la toute fin (il ne le savait pas). 

En première partie, un concert du pianiste signé chez Blue Note, Aron Ottignon. Il faudra bien tendre l’oreille devant cette formation en trio. Elle qui prépare la sortie d’un nouvel album, après l'EP Nile (en écoute ci-dessous), où pop et jazz se mélangent dans des mélodies répétitifs, agrémentés d'effets électroniques. Le talent n'est pas étranger à cette affaire. On sent que beaucoup de choses sont possibles au piano, sous les doigts du néo-zélandais Aron Oignon. 

Le 27 janvier à 20h30, au Pôle Culturel d'Alfortville

 

Samedi. 

Deux guitaristes d’exception devraient impressionner le public. Ils s’apellent Marc. L’un, Marc Ducret, est français, l’autre, Marc Ribot, est américain. Tous deux sont virtuoses, ouverts à une création excessive et sans délimitations. 

Le premier jouera aux côtés du violoniste Régis Huby, là pour présenter son projet de quartet Equal Crossing, avec Bruno Angelini (claviers) et Michele Rabbia (batterie, percussions).  

Le second accompagne le Dave Douglas (trompette) “new sanctuary” trio, avec Susie Ibarra à la batterie. Ici l’improvisation sera centrale. Encore une réunion de virtuoses avant-gardistes. 

Le 28 janvier à 20h au théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-seine

Dimanche.

Des jeunes pour finir. 

L’américain James Brandon Lewis qui a mis en exergue ses affinités avec le hip-hop dans No Filter, son dernier album, en 2016. Un trio qui joue avec le groove et les coups d’éclats en explosions libérées. Luke Stewart et Warren “Trae” Crudup l’accompagnent à la basse et à la batterie. Impossible de s’ennuyer avec le saxophoniste trentenaire adoubé par Sonny Rollins et Wadada Leo Smith. 

Le français Emile Parisien. Autre trentenaire. Autre projet de feu. Celui du nouvel album du soprano. Un quintet où les noms de Joachim Kühn et Michel Portal sont écrits en majuscule. Emile Parisien ne lasse pas. Et ce malgré son intarissable présence sur les scènes françaises ces dernières années. Un projet rugueux auquel on adhère facilement. Manu Codjia (guitare), Simon Tailleu (contrebasse) et Mario Costa (batterie) sont de la partie. 

Le 29 janvier - à 17h au cinéma La Pléiade - Cachan 


Autres articles

Comment

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out