Retour tardif sur la belle 17ème édition du Festival de Marseille Jazz des Cinq Continents ; cette année encore réussi avec un programme éclectique fidèle à l'esprit de son fondateur Bernard Souroque, récemment disparu. Un éclectisme des genres qui fait naviguer son public entre les nouvelles stars du jazz américain et leur musique allant fureter vers le hip-hop, l'électro et la soul ; mais aussi et bien sûr un éclectisme géographique qui fait voyager sur tous les continents des musiques qui nous animent.

Cette édition, endeuillée par la disparation de Bernard Souroque, fondateur et directeur artistique, a comme d’habitude proposé un fabuleux voyage musical, dans quatre lieux différents de la cité phocéenne: La Friche de la Belle de Mai, le théâtre Sylvain en bord de mer, le splendide MUCEM à l’entrée du Vieux Port et enfin le lieu originel du festival, la pelouse du merveilleux Palais Longchamp.

 

Le public a pu découvrir des nouveaux talents, comme les deux coups de cœur du Conseil Régional des Bouches du Rhône : les Marseillais de Onefoot, et le groupe Minuit 10 et son brillant guitariste Sylvain Rouviere. Découverte toujours, avec Ilhan Ersahin’s Istanbul Sessions venu présenter son jazz très “oriental”.


Mais la plus grande surprise a été Jacob Collier, découvert grâce au net depuis 2012 et soutenu par certaines valeurs très sûres du jazz américain : Quincy Jones, Herbie Hancock, Pat Metheny... Un one-man-show, un homme orchestre qui saute d’un instrument à l’autre : basse, chant, clavier, contrebasse, percussions, batterie; pour enchaîner les reprises et les compo de son album In My Room (Sony Music). Une très belle performance, qui pose les bonnes questions : est-ce là la musique de demain ? ou uniquement une singularité dans le paysage musical ? D’une façon ou d’une autre, on entendra à nouveau parler de cet ovni. L'édition 2016 n'a pas non plus oublié les piliers du jazz des dernières décennies : Didier Lockwood, Antonio Faraò, Darryl Hall, André Ceccarelli, Jan Garbarek, Sarah Mckenzie, Kyle Eastwood, Hugh Coltman et Jean-Pierre Como avec Stefano Di Battista, son compagnon sur l'album Padre (1989).

Cette édition a mis la trompette à l'honneur. Sous forme d'hommage, avec la soirée Autour de Chet, par un collectif de quinze artistes marquée par la reprise inoubliable de « My Funny Valentine » concoctée par Sandra Nkake et Stéphane Belmondo.Ibrahim Maalouf, habitué du festival, a présenté sa trompette bien d'aujourd'hui à quatre pistons, pour une performance fidèle à sa musique, entre jazz et musique orientale. Le trompettiste franco/libanais a repris le répertoire de ses deux derniers albums,Red & Black Light et quelques morceaux de Kalthoum en hommage à son ami Bernard Souroque.

Cependant, on se dit que la trompette de demain est sans doute celle de Christian Scott, surnommé (après tant d'autres...) le nouveau Miles Davis, aussi original et en recherche de dialogues musicaux que son glorieux aîné, navigant entre le hip-hop et les traditions jazz, mais également dans une quête instrumentale qu'incarnent son bugle inversé et sa sirenette. Le jeune prodige néo-orléanais a su mettre en avant l’ensemble de ses musiciens, surtout Elena Pinderhughes à la flûte et au chant en présentant son album Sretch Music sorti en 2015.

 

Trois soirées ont enflammé les heureux festivaliers de cette édition 2016. Snarky Puppy, ce collectif à géométrie variable qui peut compter jusqu’à 25 membres a été ovationné dans les jardins du Palais Longchamp ; le show man, Jamie Cullum, accompagné de très bons musiciens a fait danser l'ensemble des spectateurs aussi bien qu’en 2009 ; et enfin une fin de festival moins jazz avec Seal, avouant lui-même dans le journal de la Provence « ….le jazz ce n’est pas mon truc. Je peux vous dire que je connais bien Diana Krall, mais c’est à peu près tout… ». Pourtant son album Soul Live sorti en 2009 groove plus que bien des jazzmen... Preuve s'il en était besoin que les genres ne font pas tout! Pour finir de le prouver, il a offert au public marseillais une soirée magique en clôture du festival.

Le rendez-vous est pris pour l’édition 2017 du 18 ème festival de Marseille- Jazz des Cinq Continents, du 19 au 27 juillet 2017... Comme chaque année, on a hâte!


 

 

 

 

Comment