Christian McBride, c’est d’abord un CV impressionnant : un des musiciens les plus enregistrés de sa génération, des collaborations prestigieuses, cinq Grammys... Le 16 mars dernier, le concert de son trio s’annonçait donc comme une performance de haute volée. Mais aussi une très bonne soirée puisqu’il se produisait au New Morning, une salle devenue tellement familière qu’on s’y sent (presque) comme chez soi au milieu de son public chaleureux et enthousiaste.

Le trio, composé du bassiste, de Christian Sands au piano et Jerome Jennings à la batterie, a interprété plusieurs morceaux tirés de leur dernier album Live at The Village Vanguard. Enregistré au fameux club new yorkais, cet excellent disque nous replonge dans l’ambiance d’un grand club de jazz et fait craindre la comparaison avec la salle parisienne! Du côté du New Morning, ça a commencé avec un swing endiablé sur « Tangerine » et « Interlude » joués à une vitesse décoiffante. A ce point, la prouesse musicale s’apparente à l’exploit sportif ! On a aussi entendu un très beau morceau en hommage à Ornette Coleman, provisoirement intitulé « For Ornette ». La ballade « Good Morning Heartache », sur laquelle le bassiste s’est muni de son archet, en a ému plus d’un.

Au fil des morceaux qui s’enchaînent, le swing coule de source et les trois musiciens affichent une virtuosité époustouflante. Ils s’entendent et s’accompagnent à merveille sans que l’un ne prenne le pas sur les autres. Le pianiste Christian Sands, qui signe la belle valse jazz « Sand Dune », se distingue par son touché aérien, son élégance. A ses côtés, le batteur Jerome Jennings brille par sa créativité, les moments de tension qu’il souligne avec brio, les respirations qu’il impose et qui nous laissent suspendus à ses baguettes. Ces silences ! Christian McBride, quant à lui, impressionne toujours autant. Il est aussi bon pour installer un groove à toute épreuve que pour créer de sublimes mélodies. D’ailleurs, venons-en à ses soli ! Très bien construits avec une narration limpide. Au passage, rappelons qu’il a gagné le mois dernier le Grammy du meilleur solo improvisé de jazz pour « Cherokee » (sur Live at The Village Vanguard).

Le contrebassiste nous a même gratifiés d’une leçon de contrebasse disco-funk sur la reprise de « Car Wash », tiré du film des années 70. Il fallait bien Christian McBride pour interpréter ce morceau et faire chanter le célèbre refrain au New Morning. Un moment épique ! Car derrière le super musicien et meneur de groupe, il y a aussi un véritable entertainer à l’américaine : affable, taquin, qui aime échanger avec le public et chambrer ses complices. Le sourire qu’il affichait pouvait aussi se lire sur les mines ravies dans le public. Une spectatrice a pu dire que c’était un vrai bonheur. Bonne humeur, chaleur, joie, tout ça tout ça… Eh oui, c’est simplement ça un très bon concert de jazz !

Fara Rakotoarisoa

Christian McBride Trio au New Morning le 16 mars 2016